Témoignages de clients

David’s Bridal trouve l’âme sœur

Le détaillant de robes et d’accessoires de mariage a rationalisé ses activités en traitant la paie de ses effectifs répartis dans trois pays à l’aide d’un seul système.

Les bureaux de David’s Bridal bordent la rive de la superbe rivière Schuylkill, qui traverse Philadelphie et se jette dans le fleuve Delaware, puis l’océan Atlantique. L’été, kayakistes et plaisanciers de tous genres convergent vers cette voie navigable urbaine. La rivière a aussi été le théâtre d’un moment où l’esprit d’équipe de David’s Bridal a été mis à l’épreuve.

Le Service des finances de l’entreprise avait perdu le tournoi de balle-molle, se rappelle Debbie Heitz, directrice des décaissements à David’s Bridal. Les joueurs étaient déçus, mais les deux cogestionnaires du service n’étaient pas au bout de leur peine. En effet, ils s’étaient engagés à prendre une longue saucette dans la rivière en cas de défaite. L’eau était froide, certes, mais les deux gestionnaires n’ont pas reculé devant le défi. Ils l’ont même relevé avec élégance : il a trouvé une robe de mariée qui lui faisait malgré sa grande taille, elle a enfilé un smoking chic. Et ils ont fait des vagues, car l’équipe en parle encore aujourd'hui.

De nombreuses mariées veulent exactement cela, que le jour de leurs noces soit mémorable. Et qui dit « noces mémorables » dit « robe parfaite »!

C’est là que David’s Bridal entre en jeu. La mission de l’entreprise, dont le siège social est à Philadelphie, est de veiller à ce qu’il soit facile de trouver la robe parfaite. L’accent qu’elle met sur les besoins de la mariée moderne lui a permis de tenir le haut du pavé dans le secteur florissant des vêtements et accessoires de mariage.

David’s Bridal se distingue notamment par sa sélection. Ses magasins proposent des robes pour tous les types, styles et budgets de mariage, de la robe fourreau à 150 $ jusqu’à la robe haute-couture perlée à 1 700 $. Et lorsque la mariée trouve la robe parfaite, elle n’attend pas : elle peut l’emporter tout de suite. En outre, l’entreprise ne ménage pas ses efforts pour le cortège nuptial, veillant à ce qu’on puisse habiller aisément des demoiselles d'honneur aux goûts, types corporels et codes postaux variables.

Grâce à un site Web convivial et à 325 magasins dans des localités de toutes tailles, la mariée et ses demoiselles d’honneur peuvent passer en revue les options en ligne avant de se présenter à leur magasin local.

« Lorsqu’une future mariée arrive au magasin pour son rendez-vous, l’effervescence qui règne est magique », dit Mme Heitz. « Il y a quelques années, nous avons lancé une tradition : lorsque la future mariée trouve la robe qu’elle cherchait et dit ''c’est celle-là'', nous faisons sonner la cloche pour que tout le monde dans le magasin le sache et puisse dire ''bravo'' et applaudir. »

Les hauts et les bas de l’expansion internationale

Mme Heitz est arrivée au Service des comptes fournisseurs de David’s Bridal en 2000. L’organisation, qui avait été fondée en 1950 et était initialement une petite entreprise établie en Floride, comptait alors une centaine de magasins à l’échelle du pays. Mme Heitz a immédiatement épousé cette culture dynamique où tout se déroule à un rythme trépidant.

« J’aime le fait que l’entreprise évolue constamment. C'est un environnement idéal pour la personne qui aime à savoir qu’elle peut apporter une contribution à l’essor de l’entreprise. »

La croissance n’a pas cessé depuis l’arrivée de Mme Heitz à David’s Bridal. Le nombre de magasins a plus que triplé, passant de 100 en 2000 à 325 aujourd’hui. Et le nombre de pays où évolue l’entreprise a crû aussi : l’expérience David’s Bridal est maintenant offerte à de futures mariées au Canada, au Royaume-Uni et, depuis peu, au Mexique. L’entreprise compte maintenant plus de 10 000 employés.

Le traitement de la paie a toujours été centralisé au siège social de l’entreprise à Philadelphie. Lorsque Mme Heitz a pris en charge la gestion de la paie, il y a quelques années, les magasins des trois pays utilisaient le même système de gestion des heures et de l’assiduité, mais chaque pays avait son propre système de paie. La situation était d’autant plus compliquée que le centre de distribution avait un autre système et que le personnel du siège social utilisait toujours des feuilles de présence et des formulaires papier.

Pour traiter la paie, l’équipe de Mme Heitz devait extraire différents fichiers et les importer dans le système de paie du pays correspondant. La gestion de tous ces processus et systèmes était extrêmement chronophage, et il était difficile d’intervenir à la suite d’erreurs ou de changements liés aux données des RH. « Je disais aux membres de mon équipe : ''Vous connaissez le système, alors c’est ce que vous allez faire jusqu’à la fin de vos jours; et ne vous avisez pas d’être malades ou de partir en vacances plus d’une semaine à la fois!'' », raconte Mme Heitz à la blague.

« Nous nous sommes lancés à la recherche d’un système qui nous permettrait de réunir les magasins des trois pays sur la même plateforme, dit-elle. Nous voulions toutes les ressources humaines dans le même système. Nous voulions que ce système englobe la gestion des heures et de l’assiduité. Et la seule application permettant de faire tout cela était Dayforce. Nous étions ravis lorsque nous avons examiné le logiciel et constaté que nous pouvions tout faire au même endroit. »

Les astres – et les systèmes – sont bien alignés

Mme Heitz et l’équipe de projet de David’s Bridal ont implémenté Dayforce graduellement, à commencer par le Royaume-Uni avant de passer au Canada. En six mois, les modules pour la gestion des RH, la gestion des heures et de l’assiduité, l’établissement des horaires et le traitement de la paie ont été mis en service pour les magasins de ces pays.

Au cours de la deuxième phase de l’implémentation, les modules pour la gestion des effectifs, l’établissement des horaires et la gestion des RH ont été mis en service pour les magasins des États‑Unis. Le tout s’est déroulé graduellement, encore une fois, à commencer par un groupe d’essai de 10 magasins, avant de passer à l’ensemble des établissements. Ensuite est venu le tour des centres de distribution et du siège social.

« Le regroupement de l’information à un seul endroit a fait des merveilles », déclare Mme Heitz. Les délais de traitement qui s’étirent jusqu’au lendemain sont chose du passé. Et comme les employés n’ont qu’un système à utiliser et à maîtriser, il est possible d’assouplir les rôles de chacun. L’équipe peut maintenant intégrer les changements touchant les RH plus vite et plus aisément. Dans l’ensemble, selon Mme Heitz, le gain de temps réalisé par son équipe au chapitre de la transmission des données de la paie est de l’ordre de 25 %.

Dayforce a occasionné des gains d’efficience à l’échelon du magasin aussi. Les employés n’ont plus à venir au magasin pour consulter l’horaire sur un babillard. Ils peuvent à présent consulter l’horaire et les données de la paie et demander congé au moyen de l’application mobile. En outre, grâce au nouveau système, les gestionnaires ont plus de facilité à faire le suivi des horaires et de l’assiduité, et ils peuvent compter sur une piste de vérification s’ils doivent intervenir au sujet d’un problème de retard ou d’absentéisme. L’équipe responsable du projet songe maintenant à implémenter le module Intégration et à offrir au personnel des magasins la possibilité de s’échanger des quarts de travail.

Une première mise à l’épreuve

L’effort collectif déployé par l’équipe de Mme Heitz pour relever le premier grand défi à se manifester à la suite de l’implémentation de Dayforce est un autre témoignage éloquent de l’esprit de corps qui anime celle-ci.

Mme Heitz se souvient : « Nous traitons la paie le lundi et le mardi. Un lundi, pendant que nous traitions la paie, le bruit s’est mis à courir qu’il y aurait une grosse bordée de neige en soirée. »

Sachant que certains membres de son personnel n’arriveraient pas à se rendre au travail le lendemain matin, elle a demandé à chacun de partir avec son portable et d’ouvrir une session en ligne le lendemain matin. Elle n'était pas certaine qu'ils y arriveraient, mais ils essaieraient de terminer le traitement de la paie à distance.

« Tout s’est déroulé à merveille! Je pense que nous n’avions jamais accompli cette tâche aussi rapidement. C’est le plus grand avantage, à mes yeux. Je constate que les choses ne cessent de s’améliorer et que nous continuons de réaliser des gains d’efficience qui étaient impossibles auparavant. »

Télécharger le fichier PDF

Autres ressources qui pourraient vous intéresser

×
Renseignez-vous sur nos produits, consultez notre documentation, et plus encore. Entrez votre requête dans le champ de recherche ci-dessus. Des résultats s’afficheront à mesure que des mots-clés sont saisis.